Thezis Za

Les chants en Xhosa du duo féminin Thezis Za commencent à se faire une place dans le paysage musical sud-africain, notamment grâce à des collaborations avec des artistes tels que Zoe Modiga, Msaki ou encore Ronee Deep. Sélectionnées par Red Bull pour enregistrer leur premier disque dans les studios de la célèbre marque de boisson, les deux chanteuses sont porteuses d’un message féministe d’une authenticité rare qu’elles distillent sur une musique épurée, imprégnée de soul et de jazz, Deux ambassadrices modernes du peuple et de la culture Xhosa prêtes à porter haut et fort leur message sur la scène internationale. Elles ont d’ailleurs été sélectionnées parmi les 15 groupes sud-africains à suivre en 2019 par le webmagazine de culture urbaine africaine OkayAfrica’s.

 

Adriano Koch, le prodige romand

Un piano à queue, un ordinateur et un jeu de lumière détonnant, voilà à quoi ressemble la scène pendant le passage d’Adriano Koch. A 17 ans, ce jeune étudiant romand à mis ses études entre parenthèse pour se consacrer uniquement à son art. Mariant parfaitement le jazz, l’électronique et le classique, sa musique traverse les styles et offre un mélange aussi savoureux que surprenant. Aujourd’hui âgé de 20 ans, Adriano Koch a tout d’un grand. Au delà de la musique, il travaille aussi méticuleusement le visuel de ses shows pour offrir des prestations uniques en leur genre.

 

DJ Noss

 

Noss DJ définit sa musique comme une Ancestralité contemporaine. Ni traditionnelle, ni tropicale, il perpétue son héritage ancestral martiniquais : le Bèlè. Artiste protéiforme, Noss évolue dans un imaginaire musical armé de ses platines, de ses machines et de son tambotres SONS OF KEMET, Mos Def ou encore Dj SNAKE. En 2019, il sort un nouvel EP : 2700.

Kanii Axtro, la voix de l’Afrique du Sud

S’inspirant des sonorités de son enfance et de son héritage familial, Kanii Axtro est désireuse de donner une voix aux femmes noires queer dans une Afrique du Sud post apartheid. Issue d’une famille aux traditions ancestrales, Kanii Axtro puise dans ses origines pour une fusion parfaite entre moderne et traditionnel. A travers sa musique aux influences multiples, la jeune sud-africaine porte un message puissant qui lui a notamment permis de participer à l’Afropunk battle of the bands.

Brooke Sharkey

Elevée entre la France et l’Angleterre, la chanteuse britannique est de retour à Londres à l’adolescence. Sur les conseils de son père, elle commence par chanter ses compositions dans la rue à l’âge de seize ans. Vite repérée, elle a publié depuis  deux EP et deux albums dans lesquelles elle partage ses expériences personnelles et son mode de vie. Souvent comparée à Lhasa de Sala pour la puissance émotionnelle de sa voix et à Tom Waits pour son swing mélancolique, elle explore toutes ses possibilités vocales, de la douceur jusqu’à l’explosion joyeuse. Ses textes abordent des thèmes actuels tout en y ajoutant des notes d’espoirs et de transformation. Une voix à suivre.

Andrina Bollinger, au delà des limites

La chanteuse alémanique est originaire d’Engadine. Egalement compositrice et multi-instrumentiste Andrina Bollinger n’a de cesse de pousser les limites sonores, explorant les contrastes et travaillant dans différents répertoires musicaux. Elle a déjà collaboré avec la crème du jazz helvétique dont Erik Truffaz, Michael Flury et Ingrid Lukas. Active au sein de deux duos Eclecta et JPTR, elle écrit également de la musique pour le théâtre. Dans le projet solo qu’elle présente à Show-me, Andrina chante, joue du piano, des percussions et de l’électronique et improvise au gré de ses intuitions. Un très beau moment de jazz intime, ouvert et connecté.

Thais Té, bercée par la musique

Entre poésie et émotion, la jeune auteure-compositrice française cisèle des chansons intimes inspirées de son quotidien et de son monde intérieur. Imprégnée dans la musique dès son plus jeune âge. écrit ses propres textes depuis qu’elle a douze ans.

Au travers de sa sincérité, elle cherche à faire vivre des émotions intenses et à inviter à l’introspection. Afin d’approfondir la puissance de sa voix et de sa guitare, Thais Té intègre désormais des samples, donnant ainsi plus de profondeur à ses morceaux et à ses instants de vie partagés.

Dida Guigan, la Show-woman

Née à Beyrouth, adoptée en Suisse, Dida Guigan chante et raconte les différentes langues et cultures qui l’habitent. Après des études à la HEK de Berne, elle part se frotter et se former librement à la musique arabe en Egypte et au Liban. Après avoir enregistré différents CD dans différentes formations, Dida Guigan commence à songer à un spectacle où elle se raconterait de façon plus intime en solo.

Alors qu’elle méditait dans un parc de son quartier, elle rencontre Pascal Auberson, chanteur romand au long cours comme lui animé par l’émotion, les différentes voix qui l’habitent et un rapport au corps. Grâce à ses conseils, Dida accouche de “Pourquoi j’ai pas fait la star ac”, un one-woman show où elle se raconte entre pudeur et humour, chante en anglais en français ou en arabe, joue du piano et habille parfois ses chevilles de percussions-grelots.

 

Lameck, du Brésil à l’Europe

La trajectoire musicale de Lameck se situe aux confins de la MPB – Musique Populaire Brésilienne et d’une pop teintée de rock et de sonorités africaines. Installé en France depuis plus de 15 ans, Lameck a grandi au sein d’une famille d’artistes à São Paulo. Son univers musical est influencé par Caetano Veloso, Gilberto Gil ou encore Joào Bosco.

Armé de sa guitare, instrument qui le fascine depuis l’enfance, Lameck met un point d’honneur à faire résonner ses chansons intimistes aussi bien sur les scènes européennes que brésiliennes.

Après avoir sorti deux EP, « Emboscologia » en 2010 et « Passos de ontem » en 2013, il poursuit aujourd’hui ses explorations musicales en solo ou en duo.

 

Nelida Karr, la diva de la Guinée équatoriale

Agée seulement d’une vingtaine d’année, Nelida Karr est “la” révélation musicale de la Guinée équatoriale. Multi-instrumentiste, chanteuse et auteur-compositrice, elle puise son inspiration dans sa terre natale. Dans une musique à la fois énergique et plurielle qu’elle qualifie d’afro-fusion, elle mêle les rythmes de son ethnie Bubi aux sonorités espagnoles et sud-américaines.

Nelida sort son premier album à 20 ans puis en réalise deux autres en auto-production en 2013 et en 2018. Cela lui vaut une place de finaliste pour le prix découverte RFI en 2013, et le premier prix du rendez-vous musical Vis a Vis organisé par le ministère de la culture guinéen et Casa Africa en 2018. Celle que l’on surnomme la “diva de la Guinée équatoriale” s’érige comme un véritable modèle pour la jeune génération et illustre avec force la réussite des femmes dans le music business africain.